Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 14:22

 

 

 

Fort logiquement, la position de l'IRC en matière de politique de défense n' est qu' une déclinaison de l'approche géostratégique qui est la nôtre! L' IRC souhaite ainsi (simplement) que la France joue une partition infiniment plus riche que celles des majorités de gouvernement depuis 1973... (cf Parties 1 et 2)

 

 

Les axes privilégiés

 

1- L 'axe européen est privilégié au sens large du terme au détriment de la structure supranationale de l'Union européenne, y compris en incluant l'espace russophone, donc hors structure militaire intégrée à vocation transatlantique comme l' Otan. Dans ce cadre d'une «Entente européenne» beaucoup plus large (Norvège, Suisse, Russie etc...), l' IRC reviendra à un simple système inter-gouvernemental renforcé.

 

2- L' axe maritime est aussi à privilégier parce que notre présence sur cinq mers du globe nous donne des positions au départ privilégiées par rapport à nos partenaires européens vis-à-vis de partenaires tiers... et parce que c' est un axe d'expression de puissance évident!

 

3- Sur le principe, comme dans l' histoire de l'humanité toutes les phases d'expansion démographique incontrôlée se sont soldées par des guerres, épidémies de masse ou famines, souvent liées entre elles, avec l'expansion démographique mondiale dont le pic serait franchi à l'horizon 2040, il y a nécessité impérieuse pour la France à ne pas baisser la garde! Dans la continuité, les tensions à venir sur les ressources énergétiques, minières, alimentaires ou en eau potable risquant d' être particulièrement fortes et déstabilisantes, au vu de la proximité du continent africain, l' axe francophone est indispensable à la défense de nos intérêts vitaux et doit être renforcé sur des bases autres que le néo-impérialisme actuel...

 

Il est hors de question pour l'IRC d'accepter pour la France quelque forme de tutelle que ce soit, qu' elle soit de nature politique, économique, financière ou militaire, la liberté étant un fondement de notre civilisation et de notre prospérité. Ainsi, l 'IRC ne cautionne en aucune façon toutes les pratiques biaisées de désengagement de l'Etat sur ses missions régaliennes...

 

 

Les ajustements...

 

Consécutivement à la fin de la guerre froide, l'Otan a perdu largement sa raison d'être, a fortiori si la France devait s'engager encore à l'avenir dans des visées néo-impérialistes lointaines sous tutelle des Etats-Unis d' Amérique, ce même si le cadre d'intervention de l'ONU n'est pas forcément le plus pertinent en toutes circonstances... Le budget de la Défense sera donc déterminé en fonction de cette politique d'expression de puissance que l' IRC entend bâtir! En ce sens, ce budget pourrait très bien être porté à 3% du PIB quelques années tout en maintenant ouvertes certaines options de la RGPP. Rappelons ici que la souveraineté monétaire défendue par l'IRC permet une autre souplesse pour l'Etat que le système actuel...

 

Plus précisément, suivre les axes précités nécessite donc le maintien de capacités de projection autonomes, le lancement du deuxième porte-avions, et au-delà une présence sur les mers renforcée d'ailleurs consécutive à une approche plus volontariste du développement de nos territoires ultra-marins comme de l'exploitation des ressources maritimes, en lien avec la création d'un Ministère d'Etat en charge de la politique maritime...

 

Comme la stratégie des Etats-Unis d'Amérique n'est pas la nôtre, l ' état de nos relations avec la Russie doit être reconsidéré, les coopérations multipliées y compris bien sûr concernant les technologies d'armement ou aérospatiales...

 

Les accords de défense passés avec certains pays du Moyen-Orient seront remis en cause, car marqués par le mercantilisme le plus abject qui soit (cf-sur le mercantilisme), dans une zone de lutte acharnée entre pays ou factions sur des bases confessionnelles (cf-lutte contre le terrorisme islamiste). De plus, l' IRC n'accepte pas que de tels accords aient pu être signés sans véritable débat public ou parlementaire...

 

Les accords de défense passés avec des pays africains doivent être reconsidérés à l'aune d' un mouvement plus vaste pour des rapports beaucoup plus équilibrés entre partenaires du monde francophone. (cf-Partie 1)

 

Le rôle de la réserve doit être précisé pour 50 à 100000 personnels. Les unités concernées seraient d'abord celles en support, un peu moins exposées (santé, logistique, génie, artillerie), suffisamment équipées et entrainées pendant les congés des personnels, coordonnées le cas échéant avec celles de la sécurité civile pour lesquelles le niveau d'astreinte des personnels devrait être relevé.

 

De manière générale l'extension dans le monde de zones de conflits de type «guerre bâtarde», où les moyens humains comptent autant que les moyens matériels parfois d' un coût prohibitif à l' usage, doit conduire les dirigeants français à anticiper au maximum pour les circonscrire bien en amont , à penser nos capacités d'intervention sur une éventail plus dense et équilibré qu' à l'heure actuelle, sans ruptures capacitaires, avec plus de souplesse dans l'initiative...

 

 

Sur le renoncement de nos «élites»

 

Pour l'IRC, la politique de défense de ces dernières décennies reflète surtout le renoncement des «élites» à sortir de leur culture de rente qui dérive aujourd'hui vers une sous-culture presque purement mercantiliste très proche de l'apatrisme et de l'anti-républicanisme, focalisées qu'elles sont sur la construction géopolitique d'un vaste ensemble transatlantique.

 

Combien de principes de base en matière de stratégie sont aujourd'hui respectés par nos gouvernants? Quelle est leur pensée stratégique propre? Dans tous les domaines, l' incapacité de nos gouvernants à défendre nos intérêts vitaux apparaît ainsi flagrante au plus grand nombre...

 

On constate par rapport à notre Défense nationale:

-nombre de ruptures capacitaires (logistique) liées aux défauts d'investissement ou d'équipement.

-l' absence de capacités de projection autonomes... sur la seule décision de N.Sarkozy de surseoir au lancement du deuxième porte-avions, malgré ses promesses électorales, un message reçu 5/5 dans le monde entier comme une marque d' insigne faiblesse (en début de mandat!) pour une diplomatie française en roue libre au final...

-l'absence d'anticipation sur le coût de pleine intégration dans l'Otan (pourtant dissimulée consciencieusement pendant la campagne électorale de 2007).

-un Livre blanc fixant un contrat opérationnel aux armées qui ne peut être respecté, faute de crédits alloués à la hauteur des engagements de la loi de programmation militaire (LPM) 2009-2014 torpillés par la révision générale des politiques publiques (RGPP)... Sur les 377 milliards prévus jusqu' à 2020, 30 à 40 milliards feraient défaut...

-la réduction des effectifs qui pose aussi problème par rapport aux "contrats opérationnels" fixés par le gouvernement, selon les bases prévues pour les trois armées en 2014 (131.000 personnes pour l'armée de terre, 44.000 pour la marine, 50.000 pour l'armée de l'air)... De quels moyens disposerait-on au final pour «projeter jusqu'à 8.000 km en six mois (?) une force terrestre pouvant aller jusqu'à 30.000 hommes (?) pour une durée d'un an (?), suivie d'une action de stabilisation»?...

-une France qui ne pèse guère sur les orientations stratégiques au sein de la coalition intervenant en Afghanistan sous mandat de l'ONU, en plus de 8 ans de présence, alors que les problèmes majeurs comme les détournements de fonds massif, l'explosion du commerce de la drogue et des armes apparaissent comme récurrents, sans parler de la subordination du contingent à des considérations "humanistes" liées au sort des otages. Or, l' implication générale de la représentation nationale reste médiocre face à cette situation...

 

Face à un contexte mondial d'augmentation significative de 45% en dix ans des dépenses militaires, l' IRC considère qu'il y a d'abord faillite de nos gouvernants à réaffirmer les principes qui fondent notre République, ce qui nous précipite aujourd'hui vers le développement jusque sur notre propre territoire de conflits non-trinitaires (Etat-gouvernement, armée, population) ou guerres bâtardes impliquant les populations civiles, faillite à définir ensuite clairement les priorités géostratégiques de la France puis les ambitions militaires qui en découlent. Il est vrai que ce flou savamment entretenu permet de masquer l'alignement systématique sur les Etats-Unis d'Amérique via l'Union européenne, de bâtir un système oligarchique ou néo-impérialiste qui mène le plus grand nombre à la ruine... Pour l' IRC, il n'y a aucun hasard dans la situation de crise actuelle, mais une très forte présomption de trahison des «élites» depuis 1973... (cf-Parties 1 et 2)

 

 

Le budget de la défense!

 

Nous considèrons que les dirigeants de la République française ont d'abord un devoir de cohérence vis-à-vis des personnels servant au sein de nos forces de sécurité, sur les principes et la vision d'ensemble concernant nos intérêts vitaux, sur les engagements pris, sur les moyens humains et matériels consacrés dans la durée à ces missions régaliennes. Signe de démoralisation de nos soldats, le taux de fidélisation des engagés volontaires signant un deuxième contrat est tombé à 35% seulement!

 

De manière générale, l' IRC ne peut admettre en aucune façon que nos forces de sécurité soient placées dans des situations inextricables (sous-équipement chronique, ruptures capacitaires, conflit afghan, crise des banlieues, lutte anti-terroriste).

 

L'esprit de confusion qui règne chez nos dirigeants actuels ne peut conduire au mieux qu' à les rendre illégitimes, car les moyens financiers ne manquent pourtant pas, qu'on en juge...

 

1) Selon la Cour des Comptes, la vente des concessions d'autoroutes aux opérateurs privés en 2006 aurait dû rapporter à l'Etat non pas 14,8Md d'euros mais 24Md d'euros, un manque à gagner de près de 10Md d'euros... Le Conseil d'Etat avait pourtant repoussé un recours contre le bradage des autoroutes par l'UMP, un dossier parmi tant d'autres...

 

2) La baisse de la TVA dans la restauration coûte 3,13Md d'euros par an. La niche fiscale attachée à la loi Copé (alors ministre délégué au budget) a coûté 18,6Md d'euros au budget de l'Etat pour les seules années 2008 (12,5Md) et 2009 (6,1Md). En 2004, Copé affirmait que le manque à gagner fiscal n’excéderait pas 3 milliards d’euros en rythme annuel, pour en fait 6 à 8Md par an... Le dispositif consiste à exonérer totalement d'impôt sur les sociétés (33,3%) les plus-values encaissées par les entreprises lorsqu'elles vendent leurs filiales ou d'autres participations détenues depuis au moins deux ans. Plus de 6 200 sociétés ont profité de cette niche fiscale censée lutter contre les délocalisations, un bel effet d'aubaine... L'efficacité pour la sauvegarde de l'emploi n' a bien sûr pas pu être évaluée! Tout ceci prend un caractère «flamboyant» avec le coût des 453 dépenses fiscales recensées dans les documents budgétaires qui atteindra 65,3Md d'euros en 2011 selon le gouvernement, contre 74,8 milliards estimés pour 2010 (pour 468 dépenses). Cependant, pour le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) qui dépend de la Cour des Comptes, les niches en faveur des entreprises représentent un manque à gagner de 172Md en 2010! Pour les seules entreprises, 107 dispositifs fiscaux ont été créés depuis 2002, plus de 80% de ceux-ci dans les 4 dernières années...

 

3) En maintenant le barème fiscal de l' année 1999, l'impôt sur le revenu aurait ainsi permis à l'Etat de disposer de 108Md d'euros supplémentaires sur 10 ans...

 

4) Entre 2011 et 2013, la charge de la dette ( montant des intérêts versés par la France) passera de 45,4 à plus de 55 milliards d'euros. Depuis le début de l'année 2010, l'État a émis ses obligations d'une durée supérieure à 2 ans à un taux moyen de 2,56 % ! En 2009, ce taux moyen était de 2,95 % et il s'établissait à 4,13 % en 2008. Le 24 juin 2009, La BCE avait été submergée de demandes pour sa première opération de refinancement sur un an, soit un prêt de 442Md d'euros à 1121 banques au taux fixe de 1%!!! Toutes les requêtes avaient été honorées, et depuis pour les banques le nettoyage de bilan se poursuit... (cf parties 1 et 2)

 

Face à cette insincérité dans la présentation des comptes de la nation, l' IRC est dans son droit le plus strict à réclamer le retour au Franc et une réforme structurelle de la fiscalité française!

 

 

Quant aux implications directes pour les dossiers de sécurité, nous reprenons ici en guise de conclusion une analyse lapidaire publiée à l'origine avant la création de l'IRC (cf-point 1), la marque de notre combat politique contre cette propension de nos gouvernants à considérer notamment le budget de la Défense comme une variable d'ajustement.

 

« L' incurie qui règne en matière de gestion des finances publiques oblige ainsi nombre de personnels payés par l'Etat à travailler de manière quasi-systématique en compensation, sans parler des énormes contre-coups subis par le secteur privé... Au final la désagrégation du pays et la faillite des «élites» sont aujourd'hui perceptibles par tous... Plus précisément, pour l'ensemble des personnels de nos forces de sécurité qui risquent leur vie dans le cadre des missions qui sont les leurs sur le territoire national ou lors d' opérations extérieures, forts de leur sens de l'engagement au service du pays, cette situation mène fatalement à une surexposition aux risques... Pour l' IRC, il y a donc manquement du pouvoir en place!

 

En conséquence, nous déplorons le mensonge d'Etat sur les prétendues contraintes budgétaires ayant amené à surseoir au lancement du deuxième porte-avions (3,5Md)!

 

Si nous ne retenons pas encore de parjure sur l'engagement du deuxième porte-avions pris par Nicolas Sarkozy lors de la campagne électorale de 2007, en l'état actuel des choses, il fait preuve de manquement grave à l'exercice de ses devoirs, ce qui est un motif de destitution...»

 

 

 

Nous abordons ensuite les dossiers portant sur la lutte anti-terroriste d'abord puis sur le mercantilisme et enfin sur notre politique industrielle, chacun d'entre eux renvoyant en fait le lecteur à notre système de valeurs...

 

 

Le 17 Novembre 2010

S.Dezanneau                                                                  (Tous Droits Réservés)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuel dezanneau
  • : je présente une alternative pour sortir de la crise, mettre fin au creusement des déficits publics, dans le cadre de la Francophonie, pour bâtir un monde multipolaire!
  • Contact

Recherche

Archives

Liens